Cheynet de Beaupré ?

À la mémoire de tous les Cheynet dont l’honneur a été atteint depuis 30 ans en falsifiant et en souillant leur nom.

« La famille Cheynet est absolument roturière. » Association d'entraide de la noblesse française[1], 17 mai 2016.

Présentation

L'affaire Cheynet de Beaupré est une affaire majeure de falsification d'état-civil.

Vous trouverez sur ce site :

       

Livre "Enquête sur la noblesse"

Parution le 7 mars 2019 du livre Enquête sur la noblesse, La permanence aristocratique d'Eric MENSION-RIGAU, éditions PERRIN.

Lire en ligne (Google books).

Extraits (pages 49 à 51) :

Enquête sur la noblesse"La persistance de la propension vaniteuse pour la noblesse a été illustrée dans les années 1980 par un faussaire particulièrement opiniâtre, Marc Cheynet, né en 1963, qui a réussi à trafiquer son ascendance paternelle en usant d'actes falsifiés et de confusions homonymiques, pour devenir « Marc Cheynet de Beaupré ». [...]

La première est le Bottin mondain, dont l'édition 1983 voit apparaître le premier Jean-Marc Cheynet de Beaupré, époux de Madame, née Marie-Angèle Pustianaz, les parents de l'intéressé, accompagnés de leurs cinq enfants. [...]

Deuxième étape, l'association des Cincinnati de France [...] Une première admission est obtenue en 1987 pour Bertrand Cheynet de Beaupré, cousin aîné du père, rattaché faussement à un officier du nom de Cheynet de Saint-Amans [...]. Puis, en 1988, l'intéressé lui-même obtient une admission [...]. Enfin, en 1991, une nouvelle admission est enregistrée avec Jean-Jacques Cheynet de Beaupré, [...]

Troisième étape, l'Association de la noblesse française : l'assemblée générale du 9 juin 1989 entérine l'admission de cette fausse famille sur la base de faux documents laissant croire à une filiation avec une famille du Vivarais, Cheynet, seigneur de Beaupré [...]

Quatrième étape : l'État présent de ra noblesse française subsistante, ouvrage de Michel Authier et Albert Galbrun qui fait autorité, voit dans son volume dix-huit, paru en décembre 1990, une notice de huit pages sur la famille « Cheynet de Beaupré ». [...]

Dernier et suprême tour de force : en 1991, l'intéressé parvient à être admis au Jockey Club [...]"

Notes et références

1. Site web de l'Association d'Entraide de la Noblesse Française (ANF)